Désormais Head of Growth à LiveMentor 🚀

En tant que salarié, j’ai eu l’opportunité d’accompagner plusieurs startups dans leur croissance. C’est grâce à cette position que j’ai pu me rendre compte du rôle grandissant du growth marketing. Le périmètre d’action des personnes évoluant dans ce métier m’a alors semblé fondamental dans la réussite d’une entreprise.

Il ne s’agissait plus simplement de « faire du SEO » ou « de l’AdWords » ou de réparer des failles XSS mais plutôt d’adopter un état d’esprit spécifique, de s’organiser, à la fois dans le job et dans l’entreprise toute entière. Il me tenait à cœur d’apprendre et d’adapter ces nouvelles méthodes de travail, pour arriver à capter ce qui compte, me concentrer dessus et obtenir de vrais résultats dans la durée.

Il s’avère que toutes les compétences que j’ai développées sont globalement très utiles et appréciées dans le marketing, quelle que soit la structure de l’entreprise. Même si certains termes appartiennent au jargon du SaaS et des startups technologiques (où tout semble vraiment mesurable), des besoins sur l’acquisition et la rétention / répétition se feront ressentir la plupart du temps, quelle que soit l’entreprise. Ce sont surtout les méthodes de travail qui évolueront.

À côté de mes prestations en growth marketing, je tiens à vous livrer mes observations du marché, ses évolutions, mes histoires et expériences (et pourquoi pas celles des autres), du contenu exploitable pour vos propres réalisations.

Laissez-moi vous guider à travers l’image que je me fais de mon métier, l’état d’esprit qu’il m’évoque.

“If you build it they will come.”

La citation qui précède est la plus grande supercherie du siècle. Peu de gens peuvent se vanter d’avoir réussi uniquement avec un produit de grande qualité. La question du marketing se pose tôt ou tard pour chacun d’entre nous. Et dans un monde où tout se complexifie, où nous sommes tous exposés chaque jour à quantité de produits excellents, il faut savoir être un peu plus malins.

N’avez vous jamais eu l’impression que quelque chose vous échappait ? Comme si vous aviez tout mis en oeuvre pour croître mais que rien n’y faisait ? Et vous vous mettez à tout remettre en cause. Vous vous demandez si il n’y aurait pas une fonctionnalité manquante dans votre produit, un SEO qui pourrait être amélioré, une proposition de valeur qui mériterait d’être A/B testée.

Rassurez-vous, il y a des réponses à ces questions. Mais vous n’avez pas besoin de vous affoler avec ça dès maintenant. Il suffit de reprendre méthodiquement les choses.

D’expérience, je peux vous dire que finalement PEU d’entreprises mesure parfaitement ce qui doit l’être. C’est assez gênant car bien souvent, elles se concentrent tout de suite sur l’acquisition, sans même s’imaginer que leur produit se comporte comme un seau percé. Si la rétention n’est pas travaillée en amont, cela est inutile, voire contre-productif !

Avec une meilleure approche, ces mêmes businesses se seraient aperçus ce qui fonctionne déjà pour eux, et ce sur quoi ils peuvent compter pour croître. C’est ce qui a fonctionné pour les startups que nous connaissons tous :

  • Airbnb n’a pas cherché à spammer indéfiniment Craigslist avant de se rendre compte que c’était LE levier d’acquisition pour eux
  • Tinder – bien que sur un marché hyper concurrentiel – n’est pas parti dans tous les sens et a bien compris que ce qui allait payer pour eux seraient les fêtes universitaires (oui, du offline)
  • Twitter a remarqué que si vous ne suiviez personne lors de votre inscription, les chances que vous reveniez un jour étaient infimes. En poussant les nouveaux inscrits à follow quelques comptes, ils ont créé ce “aha moment” qui a largement contribué à leur succès

Toutes ces sociétés ont un point en commun : elles étaient, sont, et seront guidées par leur data.
Et vous pouvez faire autant qu’eux, vous pouvez éviter de vous disperser pour savoir quel canal d’acquisition tester, vous pouvez arrêter de remettre la faute sur X ou Y initiatives.

Soyons clairs : je suis contre cette idée de penser que le growth hacking ne se définit que par ce petit trick pour automatiser des favoris ou des RT dans Twitter. Il s’agit de choses plus intéressantes qui se nourrissent d’observations, de tests et d’itération.
D’ailleurs, je préfère me présenter aux autres comme un growth MARKETER et non comme un growth hacker dans le sens où la growth est un process. C’est ce que je fais et ce sur quoi je m’engage à faire pour mes clients.

Si vous souhaitez rentrer dans des choses plus expérimentales (ce qui correspond au hacking), assurons-nous d’avoir :

  • un produit mature, qui a rencontré son marché
  • une rétention déjà bonne, un produit déjà apprécié
  • une fine connaissance de vos métriques, de ce qui marche pour vous
  • ainsi qu’une équipe technique orientée vers ce type d’actions, avec la réactivité et l’acharnement que cela nécessite

Que vous dirigiez une startup ou que cette approche du marketing intéresse votre entreprise, si vous êtes prêt(e) à croître, contactez-moi, et nous discuterons de votre projet.